COSÌ FAN TUTTE au Festival d’Aix-en Provence 2016

Écrit par Festival d'Aix-en-Provence, ARTE Concert, Dominic Konrad
à Festival d'Aix-en-Provence, France

Comédie des erreurs mozartienne, COSÌ FAN TUTTE est aussi l’opéra le plus souvent représenté au Festival d’Aix-en-Provence depuis sa création. Pour cette nouvelle production, qui marque l’un des temps forts du Festival 2016, le metteur en scène Christophe Honoré situe l’action en Ethiopie pendant l’occupation italienne des années 1930, enrichissant ainsi l’intrigue légère d’une réflexion sur le racisme et le fascisme.

Festival d’Aix-en-Provence 2016 © Pascal Victor / Artcomart

 

Ferrando et Guglielmo sont fiancés à deux sœurs, Dorabella et Fiordiligi. Afin de prouver à un vieux philosophe que leurs adorées sont fidèles, ils font mine de partir à la guerre, reviennent déguisés en étrangers et, sous ces fausses identités, courtisent les deux belles. Mais voilà que leur plan déraille : chacun se retrouve à poursuivre la fiancée de l’autre… Les couples d’origine sortiront-ils indemnes de ce jeu de l’amour et de la cruauté ?

Le jeu intrigant et insensible des personnages fait de COSÌ FAN TUTTE l’opéra le plus cruel que Mozart ait jamais composé, selon Christophe Honoré. Pour cette nouvelle production au Festival d’Aix-en-Provence, le cinéaste et metteur en scène transpose l’action dans l’Ethiopie des années 1930 pendant la campagne d’Abyssinie, quand l’Italie fasciste de Benito Mussolini essayait de conquérir l’Empire abyssinien. Ferrando et Guglielmo y sont des usurpateurs italiens qui se déguisent en voyageurs de peau noire. Tout en explorant les rapports de force entre ces personnages gouvernés par leur désir, Honoré ouvre ainsi la comédie à des thèmes plus graves tels que le fascisme et le racisme, et interroge la signification du blackface.

Festival d’Aix-en-Provence 2016 © Pascal Victor / Artcomart

 

Le tout sous un brûlant soleil d’Afrique au diapason de la partition claire-obscure de Mozart, alors dans sa troisième et ultime collaboration avec le librettiste Lorenzo da Ponte après LES NOCES DE FIGARO et DON GIOVANNI.

Dans la fosse, le Freiburger Barockorchester joue sous la direction d’un éminent mozartien : Louis Langrée.

Direction musicale : Louis Langrée
Mise en scène : Christophe Honoré
Décors : Alban Ho Van
Costumes : Thibault Vancraenenbroeck
Lumière : Dominique Bruguière

Fiordiligi, soprano : Lenneke Ruiten
Dorabella, mezzo-soprano : Kate Lindsey 
Despina, soprano : Sandrine Piau
Ferrando, ténor : Joel Prieto
Guglielmo, barytone : Nahuel di Pierro
Don Alfonso, basse : Rod Gilfry

Chœur : Cape Town Opera Chorus
Orchestre : Freiburger Barockorchester

Links:
Festival d'Aix-en-Provence
ARTE Concert